La chimie organique

Publié le vendredi  26 mars 2010
Mis à jour le mardi  8 février 2011 à 17h36min
par  Crich
popularité : 20%

Le succès d’une synthèse ou hémi-synthèse d’une substance naturelle est souvent évalué en fonction non seulement de son économie mais aussi de sa simplicité ou de son élégance. Ces dernières qualités résultent d’une combinaison heureuse de stratégie et de méthodologie qui elles reposent sur une connaissance profonde de la réactivité fondamentale des groupements fonctionnels. C’est pourquoi l’étude et la réactivité de molécules organiques et la mise au point de nouvelles méthodologies ont toujours captivé l’attention des membres de l’ICSN et ont donné lieu à de nombreuses publications importantes. Citons à titre d’exemple les études célèbres de l’équipe de Hugh Felkin de la stéréoselectivité des additions aux cétones, la décarboxylation selon Barton, la synthèse d’indoles par voie d’une réaction SRN1 de René Begeulmans et Georges Roussi, bien entendu la méthode CNRS de l’équipe d’Henri-Philippe Husson et les belles réactions domino de Siméon Arseniyadis et ses co-équipiers. Terminons en évoquant la modification de la réaction de Polonovski par Pierre Potier et ses collaborateurs qui est au cœur de la synthèse industrielle de la Navelbine® et qui a donc apporté une contribution importante à la société contemporaine tout aussi bien qu’à la science que nous appelons la chimie organique.

David Crich


Navigation

Articles de la rubrique

  • La chimie organique

Dernière mise à jour

mardi 24 mai 2016

Publication

217 Articles
17 Albums photo
65 Auteurs