Renard Marie-France

Publié le mardi  3 novembre 2015
Mis à jour le mardi  22 décembre 2015 à 14h27min
par  Boivin Jean
popularité : 13%

Discours de Lucie Dufossé à l’occasion du départ en retraite de Marie-France

Carrière Marie-France Renard :
Marie-France a débuté au CNRS en juin 1975, à l’époque paléolithique du CNRS. Beaucoup d’entre nous n’étaient pas nés et la Délégation n’existait pas encore. D’abord dans le 19eme à PARIS Rue du Maroc, elle était rédactrice administrative : elle gérait des prestations familiales pour les personnels chercheurs et contractuels de toute la France, dans une sorte de « caisse d’allocations familiales » avant l’heure.
Suite à la création des délégations régionales, les services de prestations familiales sont déconcentrés et Marie-France devra déménager en 1976 au Quai Anatole France dans le 7eme Paris. Elle devient la seule interlocutrice pour le CNRS pour prendre en charge la réglementation des textes se rapportant aux problèmes comptables et juridiques des prestations familiales. C’est là qu’elle se passionne pour les textes règlementaires.
La caisse d’allocation familiale reprend la gestion des prestations familiales, et Marie-France est obligée de changer de fonction. En 1992, Marie-France doit quitter son affectation au Quai Anatole France et elle choisit de venir travailler au CNRS de Gif à l’ICSN. Elle y restera 23 ans.
Quatre Directeurs, cinq responsables se succèderont. L’équipe de gestion évolue, des gens arrivent, des gens partent, et Marie-France reste. Lorsque le service de gestion a changé de responsable, lorsque le service de gestion a manqué de personnel, heureusement, Marie-France était toujours là et elle devenait une personne référente pour le service.
Dans sa carrière à l’ICSN, elle aura pour mission de traiter les commandes, missions factures, litiges, etc… Sachant qu’on a aujourd’hui en moyenne 11 000 actes de gestion par an, on imagine ce que cela peut représenter en 27 ans de carrière. Elle s’est surtout spécialisée dans le traitement des nombreuses missions qui est un poste important à l’ICSN. Mais Marie-France, ce n’est pas que du chiffre, c’est surtout de la précision dans l’application des textes, Marie-France connait son métier et elle le fait bien. Elle a aussi des qualités personnelles, elle a fait preuve de beaucoup de patience, et de gentillesse, et elle a concocté des missions aux petits oignons pour des chercheurs pas toujours patients.
Marie-France a connu plus de chats que de responsables. On est obligé de faire une parenthèse sur sa passion pour les chats. Ici, sur le campus de Gif, elle avait créé un refuge pour les chats errants, en leur offrant la pâtée, les colliers, les médailles et parfois la castration. A l’occasion de son départ à la retraite elle a ramené chez elle le dernier chat survivant. Alors si vous voyez encore un chat sur le campus, ne cherchez pas, il n’est pas à Marie-France.
Au nom de tous, nous te remercions parce que tu as beaucoup apporté à l’ICSN, mais aussi parce que ta personnalité va nous manquer. Nous te remercions toi, Marie-France.
Remerciements... applaudissements… remise cadeaux.


Dernière mise à jour

mardi 24 mai 2016

Publication

217 Articles
17 Albums photo
65 Auteurs